Prestations générales de BIS pour ses membres

Avant toute chose, les membres ont un droit de vote. Les discussions relatives à la réforme des structures ont montré que ce droit de vote tenait à coeur à la majorité de nos membres individuels et qu’ils ne voulaient pas y renoncer.

Quant aux membres collectifs, ils auront dorénavant de 2 à 6 voix, en fonction de leur catégorie. Le fait de disposer d’une voix à l’Assemblée générale donne en particulier aux membres la possibilité d’élire le Comité directeur et donc de contribuer à la définition de la politique générale de l’association. S’agissant de questions importantes, l’Assemblée générale peut d’ailleurs être amenée à prendre position directement (au sujet du prix unique du livre, par exemple).

A la base, BIS est une association spécialisée, faîtière et professionnelle qui défend les intérêts des bibliothèques et des services de documentation ainsi que de leur personnel. Sans un tel organisme, il ne serait pas possible de professionnaliser ni d’améliorer les conditions de fonctionnement de ce champ d‘activité.

Les prestations en détail et en mots-clés

Tous les collaborateurs d’un membre collectif bénéficient d’une réduction de prix sur les offres de perfectionnement, en payant par exemple 400 francs au lieu de 450 francs pour des séminaires ou 125 francs au lieu de 150 francs pour des journées spécialisées. Quant aux membres individuels, ils paient 350 francs.

Les membres collectifs bénéficient en outre de tarifs avantageux sur les cours interentreprises dispensés à leurs apprentis. En 2012, ils versent par exemple 150 francs par apprenti et par jour, sachant que les non membres paient 200 francs. Ainsi, ils réalisent une économie de 1500 francs par apprenti durant la période d’apprentissage de trois ans.

Par le biais de son groupe de travail Statistique, qui collabore avec l’Office fédéral de la statistique, BIS contribue par ailleurs de manière déterminante à établir les statistiques des bibliothèques. Ayant mis sur pied cet outil de travail, elle veille à ce qu’il soit amélioré et complété en permanence.

Dans le cadre du Conseil consultatif, BIS permet également aux groupes d’intérêts d’échanger leurs points de vue et d’entretenir des contacts. Elle les représente dans des associations internationales, tout en assurant la coordination et en formulant les prises de position sur les questions et les consultations politiques.

  • Formation de spécialistes Information et Documentation: sans BIS (et la Délégation à la formation), il n’y aurait pas de programme de formation professionnelle ni de perfectionnement. BIS propose en effet chaque année plus de deux douzaines de cours et de journées spécialisées, pour lesquels ses membres bénéficient d’une réduction de prix.
  • arbido: le prix de l’abonnement, soit 110 francs (pour 4 éditions par année), est inclus dans la cotisation des membres.
  • Congrès : BIS organise en général tous les deux ans un congrès en guise de perfectionnement spécialisé et pour permettre à ses membres d’échanger leurs points de vue.
  • Vignettes et vouchers : BIS administre ces éléments essentiels du prêt interbibliothèques.
  • BIS entretient les contacts internationaux et échange des connaissances avec EBLIDA et IFLA, tout en donnant la possibilité aux membres intéressés de participer à des groupes de travail spéciaux.
  • BIS défend au plan national les intérêts communs de ses membres concernant des dossiers précis, comme le droit d’auteur (prévention du tantième de bibliothèque), les procédures de consultation fédérales sur la formation professionnelle et le perfectionnement ou les enquêtes sur les salaires destinées à définir les directives en la matière.
  • BIS s’engage en faveur de certaines bibliothèques et défend leurs intérêts, par exemple pour le projet de la bibliothèque de St-Gall, le développement de la ZHB de Lucerne, etc.

Moyens & budget

Pour accomplir ces tâches et assurer le réseautage de ses membres, BIS gère une banque de données, un secrétariat doté de quelque 1,8 poste de travail à plein temps et un budget annuel de 600'000 francs environ. Sans BIS, le paysage bibliothécaire suisse n’aurait aucun organisme disposant d’une vue d’ensemble et de perspectives!